Le bâtiment de la Mairie

Mairie courchapon

Le bâtiment de la mairie-école  de l'architecte Painchaux date de 1840.

La mairie présente les signes du bâtiment public du milieu du XIXe siècle, stratégiquement placée pour administrer les constructions autour d'elle.

 

Les enfants sont restés scolarisés au village jusqu'à la fin des années 1970.  Ils étaient, dans les derniers temps, moins d'une dizaine, tous niveaux confondus.

Des photos de classe des années 1973/1974 et 1936 ont été publiées dans les pages de "l'Est Républicain".

école Courchapon 1936.

école Courchapon 1973-1974

Elles sont également accessibles dans l'album photos.

 

Le bâtiment de la mairie-école a été transformé une première fois.  Avec l'agrandissement de l'ex-salle de classe, les habitants de Courchapon, ont pu bénéficier d'une salle polyvalente, de dimensions certes modestes, mais permettant d'organiser plus facilement des réunions de famille, ou d'autres repas conviviaux.

Par la suite, le bâtiment a de nouveau été modifié, avec l'agrandissement des locaux de la mairie et de la salle polyvalente. Le logement communal du premier étage a pu bénéficier à cette occasion d'une belle terrasse.

L'inauguration a eu lieu à l'automne 2012.

2012- inauguration de la mairie

L'architecte

Painchaux Maximilien (1796-1868)

Il est né le 25 avril 1796 à Besançon. Il fait ses études à l’école des Beaux-arts puis à Paris. Il est nommé architecte départemental du Doubs. En tant qu’architecte de ce département, à Besançon : il restaure le trône épiscopal, il dirige la restauration de la cathédrale Saint-Jean, il fait les plans du portail et des tours de l’église de la Madeleine, mais il est éliminé des gros travaux au profit de l’architecte Robelin. En 1850, l’archevêque de Besançon, Monseigneur Mathieu, cherche à le faire désigner architecte diocésain de Besançon, mais en vain. Il est nommé inspecteur des édifices diocésains le 28 avril 1854.

Il a fait les plans de nombreuses églises : Eglise de La Nativité de Notre-Dame aux Combes - Eglise Saint-Georges à Frasne - Eglise Saint-Maimboeuf à Montbéliard - Eglise de Myon - Four Banal à Avrigney - Eglise de Cour-Saint-Maurice - Eglise de l’Assomption à Cemboing - Eglise de l’Assomption à Guyans-Vennes - Eglise de l’Assomption de la Vierge à Jallerange - Eglise de la Nativité de Notre-Dame à Ferrières-les-Bois - Eglise de la Nativité de Saint-Jean-Baptiste à Fuans - Eglise de la Nativité de Saint-Jean-Baptiste à La Vèze - Eglise de Vyt-lès-Belvoir - Eglise Saint-Claude à Noël-Cerneux - Eglise Saint-Etienne à Liesle - Eglise Saint-Fort à Morre - Eglise Saint-Férréol et Saint-Ferjeux à Amagney - Eglise Saint-Gengoul à Tallenay - Eglise saint-Hilaure à Thise - Eglise Saint-Michel à Loray - Eglise Saint-Nicolas au Russey.

Il a aussi travaillé pour des édifices publics : Fontaine lavoir à Byans-sur-le-Doubs - Fontaine lavoir à Châtillon-Guyotte – Lavoir de Chemaudin - Mairie d’Amathay-Vésigneux - Hôtel Grammont à Besançon (actuellement occupé par le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté)- Ecole de Charbonnières-les-Sapins - Collège de Marteroy à Vesoul.
Il est mort le 30 septembre 1868 à Besançon. Son fils fut architecte diocésain.

Source : elec.enc.sorbonne.fr › ELEC › Architectes diocésains

Ajouter un commentaire